Parution dans le magazine « Portraits Rennes / Ouest France »

Bianina Ceramics

C’est rue du chapitre que Soraïa de Sousa a désormais installé son atelier boutique, Bianina Ceramincs . En observant ses créations,empreintes d’une délicieuse et lumineuse nostalgie,la douce musique de Saudade enivre peu à peu le lieu… Rencontre d’une artiste-artisan, qui fait de la transversalité de l’art un postulat.

La Story de Soraïa

La céramique arrive dans ma vie il y a huit ans, à Paris, en suivant un atelier du soir. Je travaillais alors en tant qu’assistante de direction et j’ai perçu rapidement que j’avais besoin de créer avec mes mains, de réaliser quelque chose de concret et de faire entrer l’art dans ma vie ! Le besoin d’indépendance également à fini par me convaincre d’entreprendre une reconversion professionnelle et un an plus tard, je passais mon CAP de tournage en céramique à l’Atelier chemins de terres. Au départ mon objectif était de trouver un atelier pour y réaliser des céramiques artisanales et artistiques. Je suis arrivée à Rennes avec mon conjoint, il y a 3 ans, et j’ai saisi l’opportunité d’un local rue saint Georges pour l’exposition et la vente d’autres céramistes. Cette expérience de 2 années m’a permis d’affiner mon projet : je souhaitais tout d’abord me recentrer sur mes propres créations et ainsi prendre le temps pour créer et ensuite amorcer un travail de collaborations avec d’autres artistes.

Comment est né le nom de votre atelier ?

Bianina est le surnom qu’on donnait à ma grand-mère portugaise! Ce nom évoque pour moi le soleil, Lisbonne où je suis née et la nostalgie de mon enfance: c’est un peu tout ça que j’exprime dans mes créations… La Saudade… Ce sentiment qui mêle la nostalgie, la mélancolie avec le désir et l’espoir.

Justement pouvez-vous nous décrire votre travail et vos créations ?

Il y a d’abord la collection permanente que j’ai nommé Korasol : kor pour la couleur et sol pour le soleil. Ce sont des pièces «utilitaires» : des tasses, des assiettes, des coupelles etc… Toutes les pièces de cette collection sont uniques et marquées par une ligne bleue, symbole de l’horizon mais qui m’évoque aussi le Portugal et ses azulejos. Peut-être les retrouverez-vous d’ailleurs sur quelques tables rennaises, à l’occasion ! Ensuite, je travaille des pièces plus artistiques dont la vocation n’est pas nécessairement l’utilité. Je dessine sommairement l’idée que j’ai en tête. Le travail de l’argile et la création viennent pour donner corps à l’objet final. Ce qui plaît dans la céramique c’est de pouvoir faire se conjuguer l’ancien et le moderne, de sublimer les défauts de la matière. Plus la pièce est complexe et plus l’énergie déployée pour la réaliser est grande et c’est la raison pour laquelle, je souhaite développer cette partie-là, plus artistique. Ce qui m’importe également aujourd’hui c’est la collaboration avec d’autres créateurs et faire de ce lieu hybride une place «récréative» ! Le dernier exemple est l’entrée dans la boutique de sets de table coréalisés avec la talentueuse plasticienne, Maëlle Bastard: il en résulte un univers poétique et graphique !

Ouest France – Septembre 2018

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s